Nos partenaires

 

En cliquant ici vous découvrirez tout du groupe AVIA-PICOTY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez ici pour tout connaitre de la société EMIX    

Pour tous ceux qui recherche des conseils et du matériels de running de qualité, cliquez-ici.

Pour tous ceux qui recherche du matériels de VTT et des conseils de qualités, cliquez-ici

 

Cliquez ici pour tout connaitre du magasin CARREFOUR MARKET à la Souterraine




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


20/02/2012
0 Poster un commentaire

Trail des Souces de la Loire

Resized_20171111_103214[1].jpg

Resized_20171111_094727_001[1].jpg
J'avais déjà fait cet "ultra" en 2017, et j'avais bien aimé, des paysages magnifiques et effectivement une montée au mont Gerbier de Jonc, là ou la Loire prend sa source. C'est un trail atypique, beaucoup de route goudronnée par contre les sigles et autres chemins sont très très techniques. Du coup quand mon copain Mathieu m'a demandé si on faisait une dernière course en 2017 je lui ai proposé et on s'est inscrits, 70kms et 2000m de positif c'est parti il n'y à plus qu'a se préparer.

Resized_20171111_073132[1].jpgResized_20171111_144016[1].jpg

 La préparation sera courte, voir inexistante à cause d'une blessure, et oui quand on veut faire du long il faut oublier les 10kms à 13, 14 à l'heure sinon gare à la casse. C'est ce qui s'est passé, 10kms du Dorat et ouille bobo à la cuisse, medecin, osthéo mais rien ni fait le syndrome de l'essuie glaçe est là repos, encore repos.

Bref je me présente sur la ligne de départ en ayant couru 1h en 3 semaines pas terrible.

Vendredi départ pour sainte Eulaie petit passage chez Christelle Barrusseau le matin pour soigner le bobo et c'est parti, récupération du dossard à Costaros avant 19h.

Repas de veille de course, riz complet, jambon et compote ensuite dodo car levé 5h du mat le samedi matin.

Breiffing, on nous annonce que les 30 premiers kilos se sont transformés en trail blanc, et que entre le 55éme et le 65 éme il ne faut pas espérer courir car trop pentu et trop accidenté à cause de la météo, ça promet.

Départ 6h30 il fait trés froid, ressenti -10° d'aprés l'organisation. Ca grimpe pour commençer, tant mieux, au bout de 10 kms j'ai déjà  l'impression que la jambe droite en fait 50, je suis pas au bout.

Nous arrivons tout de même au 22ème kilo et la ravito, nous prenons notre temps, la journée va être longue. Nous repartons direction le ravito suivant au 33ème pas trop difficile pour l'instant. Par contre nous prenons un peu plus le temps car le prochain ravito sera 20 kms plus loin et avec des portions plus techniques.

53ème kilomètres maintenant les deux jambes me font mal comme ça pas de jalouses, nous nous restaurons copieusement car le plus difficile de la journée nous attend, en effet les 13 prochains kilomètres s'annoncent comme terrible. Je confirme, il faut pousser fort sur les batons dans les montées et serrer les dents dans les descentes trés techniques, on peut à peine courir.

Nous arrivons tout de même au dernier ravitaillement 65 kilomètres au compteur. La fin du parcourt et plate mais malheureusement mes jambes ne peuvent plus courir, je suis obligé de marcher, Matt m'accompagne pour rejoindre l'arrivée 45 mm pour enfin atteindre la délivrance. Nous finissons 86ème sur 156 en 10h50 soit 1h de plus que l'an passé. Maintenant repos.

 

PS; le premier met 6h26 soit 10,7km/h et le dernier V3 tout de même 13h26...

Resized_20171111_123111[1].jpgResized_20171111_134420[1].jpg


13/11/2017
0 Poster un commentaire

TEAM 2017

 

IMGP0218[1].jpg     IMGP0339[2].jpg     P1100260[1].JPG

              Philippe                                  Yoyo                                   Sandrine

 

DSC_0669.JPG     DSC_1974.JPG    DSC_2841.JPG

                 Didier                                     Thierry                                     Cyrille

 

DSC_3437.JPG     DSC_3619.JPG       DSCF0868.JPG

                 François                      Vincent                         Jackye

 

 

DSC_0364.JPG    20232860_1518866494839769_6193139138775064820_o.jpg      Vtt Couzeix.jpg

                   Lionel                               Patrick                                 Maïté

 

 

ROC 37 (1).jpg      photo_657710_12013688_2017110252506842.jpg

                Romuald                                      Sébastien


03/11/2017
0 Poster un commentaire

Entrainement à Chabrières

Entrainement à Chabrières

 

Mercredi 05 Novembre nous sommes allés nous entrainer en forêt de Chabrières avec François sur une CO posée par Christine PETINON des TWIX. Nous trouvons assez facilement la première balise, mais en nous dirigeant sur la deuxième nous nous apercevons de notre erreur, nous sommes allés trop loin, en fait c'est la deuxième, et la première était bien avant...Bref la CO s'annonce difficile, et elle le sera nos azimuts trop imprécis nous ferons jardiner pas mal, et nous butteront littéralement sur la balise n°7, on sera même obilgés de laisser tomber faute de temps. On y retournera probablement mardi soir prochain, de nuit et en ordre inversé pour compliquer encore un peu, avis aux amateurs...

IMAG1507[1].jpg

 

 

                                                   


 


31/12/2013
0 Poster un commentaire

raid nature 46

 

 RAID NATURE 46

 

 mms_img-138825206.jpg

 

Et voilà, un raid de plus à notre actif, un beau raid, très dur, plus de 3000m de dénivelé en 2 jours, on y retournera, avec peut-être d’autres ambitions…

 

Oui d’autres ambitions, et surtout une meilleure préparation.

 

En effet dès vendredi soir, je me rends bien compte qu’on y va un peu la fleur au fusil comme on dit, je passe au dernier moment chez Thierry et Yoyo, pour récupérer l’éclairage, et alors que je viens juste de sortir de Leclerc, Thierry me fait penser que je n’ai rien prévu pour le petit dèj, ça démarre bien.

 

Bon ce n’est pas grave, on mange avec Sophie et on décolle pour Limoges, première escale, où François nous attend prêt à partir après le boulot, il est 21h30, en route pour ROCAMADOUR.

 

On décide de camper avec la caravane et le camion sur le point de départ, à Rocamadour même, au lit à 23h, pour une nuit très fraiche, et un lever à 7h30, il faut préparer le matos.

 

La bonne nouvelle du matin, c’est que l’épreuve de 15kms de canoë est annulée, il y a trop d’eau, mais elle est remplacée par du VTT.

 

Le départ est donné à 10h pour une petite section de 1km, on prend la carte avec François, il y a une option, Tout de suite le ton est donné, il faut monter, d’ailleurs il faudra monter et descendre tout le week-end. Personne ne s’y trompe, et la majorité des 140 participants y vont tranquillement en marchant, la journée va être longue. Arrivés en haut, on aperçoit l’option de l’autre côté, en haut de la falaise, il est clair qu’il vaut mieux la laisser de côté car ce n’est même pas sûr qu’elle rapporte.

 

Mais nous on y va, en se disant comme ça on évitera le bouchon causé par le départ des 140 VTT.

 

Effectivement, en redescendant il n’y a plus qu’une dizaine de VTT, on repart donc dans les derniers, d’ailleurs on ne reverra jamais l’avant-garde de la course, première erreur tactique, on n’avait pas le niveau pour aller chercher cette option. Bon on met tout de même 32 minutes, mais on en gagne 20

 

Le suivi d’itinéraire VTT qui suit me semble bien compliqué, et les quelques équipes qui étaient restées dernières nous finissent même par nous rattraper, on boucle les 27kms et les 600m de dénivelés en prêt de 3h !!! Aie aie aie…

 

Sur la section suivante, une CO au score d’une heure sur photo aérienne au gouffre de Padirac, c’est François qui oriente on trouve 8 balises en 50mm, pas trop mal, pour info le team Lafuma mettra 30mm pour trouver les 10…On termine la section, et on repart à VTT, toujours dans les dernières positions.

 

Sur cette section, comme nous sommes à la bourre, la barrière horaire nous impose de laisser les balises optionnelles, on boucle cette section en 1h25, par contre comme on est toujours à la bourre, la barrière horaire est dépassée de 15min et du coup nous ne pouvons effectuer la CO mémo qui suit, on est donc obligé de remonter illico sur nos vélos, c’est ce qui remplace le canoë.

Et là ça se complique encore, sur la carte c’est très clair, il faut trouver un chemin qui démarre de la ville, et après en route ma poule. Le problème c’est qu' au bout de 25mm, on n’a toujours pas trouvé ce foutu chemin, d’ailleurs on n’ est pas les seuls, on a beau demander, personne ne connait. Il y a bien une solution, c’est de prendre la route, mais elle est interdite. Beaucoup d’équipes en galère comme nous vont faire ce choix, mais pas nous. Non on a décidé, on ira jusqu’au bout sans tricher, tant pis pour le classement.

On décide donc de prendre un GR, ça nous fait faire un beau détour, mais au moins là on est sûr. Foutu GR, le début est carrément impraticable à VTT on pousse les vélos, une autre équipe a fait le même choix que nous, on ne sera pas tout seuls dans cette galère…

 

Le problème c’est qu’avec tout ça, l’heure tourne et nous on n’avance pas, la nuit approche, mais pas l’arrivée. Deuxième erreur stratégique et imprudente, on n’ a pas équipé les vélos avec l’éclairage. Bravo, il est surement plus utile dans le camion !!

On se double tour à tour avec l’autre équipe, et puis dans un village on fait un choix différent, pour l’autre équipe, sans éclairage également ce sera l’erreur de trop, ils ne rejoindront jamais l’arrivée, et l’organisation mettra un moment avant de les retrouver.

 

Pour nous c’est ric rac, on arrive juste avant la nuit noir à 18h00, ouf, Sophie nous attend, l’organisation aussi il n’y a plus que nous.

 

On mange un peu, on met les frontales et on repart pour la CO semi nocturne pour les autres et nocturne totale pour nous, décidément on aime les difficultés.

Comme on est dans les temps cette fois, on peut même aller chercher les optionnelles. Pourtant dès la première balise on se rend compte que c’est une CO énorme, gros dénivelé et balises bien cachées. En effet c’est une carte IGN au 20000ème , et on se fait avoir il y a des petits traits bleus sur la carte, on n'y fait pas trop attention, mais en fait sur le terrain, ce sont de véritables bras d’eau infranchissables à cette époque. On mettra 1 heure à trouver la 1ère balise, et au total près de 3h pour rallier le point de départ du retour VTT. De plus on sera obligé de laisser une balise parmi celles obligatoires, et on ne prendra aucune option, arrivée à 20h53, la température avoisine le zéro degré.

Pour rentrer à Rocamadour, il y a un dernier petit suivi d’itinéraire VTT de 7 kms avec une balise, on met 10mm à installer l’éclairage, on commence à être gelés. On démarre, mais au bout de très peu de temps, le froid devient insupportable, on est content quand ça monte, car on se réchauffe un peu, les descentes sont un véritable enfer. Et là, je craque, je vois que sur la carte on suit le GR pour renter, mais il nous faut faire un petit détour pour aller chercher cette dernière balise. Je dis à François que je suis vraiment trop gelé, d’ailleurs mes lèvres ne répondent plus, et à chaque fois que je veux boire je me mets de l’eau partout, cette fois comme on dit c’est la goutte d’eau en trop, du coup on rentre directement et on écope d’une heure de pénalité, j’ai craqué…

On arrive à Rocamadour, l’avantage avec ce raid, c’est qu’il fait nuit, mais qu’il n’est pas vraiment tard, à peine 22h, ça veut dire une bonne nuit. On se réchauffe, on mange et on se dirige sur le point de départ de dimanche matin, comme ça, on sera sur place.

Dimanche matin réveille à 6h30, sauf que nous, notre réveil n’a plus de batterie, et ce sont les micros qui nous réveillent, heureusement, car François attend patiemment dans le camion qu’on émerge dans la caravane.

On déjeune, et c’est parti pour une folle matinée.

Pour démarrer, c’est un suivi d’iti VTT, avec départ en ordre inversé, on part donc les premiers…

Pas grand-chose à dire sur cette section, tout le monde se suit et garde des forces pour la CO au score d’1h30.

Dernière section à pied, on prend la carte et on trace, puis gaz. Cette CO est très physique, avec beaucoup de dénivelé. On termine, mais on ne prend pas tout, donc 1h30 de pénalité, pour info même les 1er prendront 20mm.

Il est 10h15 en route pour la dernière section, 27kms en suivi balisé. Par contre je n’avais pas compris, mais avant il y a tout de même 7kms de VTT pour aller au point de départ.

On finit tout de même par y arriver le début est plat, du goudron, il y a un hic. En effet après 2kms on voit qu’on se dirige vers une falaise, ça va grimper dur.

Dur, trop dur, on est obligé de pousser les vélos, d’ailleurs on ne va quasiment faire que ça, même les descentes seront trop techniques.

On arrive quand même à la balise qui se trouve dans le gouffre, c’est François qui y va, il ressort quelques dizaines de minutes plus tard, couvert de boue et m’explique que c’était un peu chaud l’affaire. Par contre la bonne nouvelle, c’est que la section est allégée à partir de maintenant on rentre par la route, c’est fini.

Du coup on discute avec les équipes, ça roule tranquille, de toute façon le classement c’est mort.

C’est un final cool, sauf que tout le monde a un peu oublié le fameux dernier kilo, à disputer en contre la montre…

On y arrive, mais force est de constater que ça monte grave pour finir, et qu’on a plus de jus, alors on pousse. A 150 m de l’arrivée on peut de nouveau remonter sur les vélos, et franchir la ligne d’arrivée.

Soulagés et contents d’en avoir terminé, ce qui ne sera pas le cas de tout le monde, et beaucoup d’équipes abandonneront.

Quelques enseignements à retenir, lorsqu’on a deux cartes par équipes, il faut avoir deux portes cartes, il faut monter l’éclairage dès le matin, c’est plus prudent. Et pour finir si on veut faire une bonne orient il faut être bien préparé physiquement, sinon on décroche régulièrement, trop occupé à gérer les problèmes physiques.

Au total 128kms et 2800m de dénivelé pour 17h d’effort, des paysages magnifiques, et une très bonne organisation, c’est sur on y retournera.

 

 

 

 

Infos en  Live: Samedi 17h00

 

Partis ce matin à 10h00 de Rocamadour pour un total de 73 à 93 km selon les options et pour plus de 1700m de denivelé positif, Cyrille et François sont actuellement sur l'avant dernière section de la journée: une CO pédestre de 7 à 13 km avec 500mde D+ selon les choix de parcours. La section s'annonce longue et difficile mais le moral est bon.

 

DSC_3604.JPG  DSC_3622.JPG

 

Arverne outdoor 1 se situe aux avants postes de  la course devant l'équipe Lafuma et Arverne 2. Notre team après quelques avaries sur la 2ème section de VTT tente actuellement de refaire une partie de son retard. La dernière section de VTTO de nuit de 7 km viendra  cloturer cette première journée avant de repartir demain dimanche pour 44 km et 1200mde D+.

 

Infos live: Samedi 21h30

L'équipe vient de terminer la CO pédestre. Un peu plus de 3h00 pour boucler un parcours dès plus rude avec un fort dénivelé. Le choix de laisser les optionnelles permettra d'enchainer dans les meilleures conditions la dernière épreuve de la nuit: une VTTO de 7 km.

L'équipe vient de partir, le physique est bien entamé après près de 12h00 d'efforts depuis ce matin  mais le moral est encore bon.

 

Raid Samedi 066[1].jpg

 

Infos du dimanche:

 

Nouveau départ ce matin dès 8h00: le temps est sec mais la température avoisine les 0°. Les jambes sont raides mais le moral est bon. De plus, sur les 70 équipes engagées la veille, seules 56 restent en course ce qui montre la dureté et la difficulté de ce raid.  

Une mise en jambes de 6 km en VTTO va vite  réchauffer notre équipe avant qu'ils se lancent sur une CO aux scores de 1h30 avec encore du dénivelé (500m de D+). Tout se passe bien pour eux sur cette section puis ils enchaîneront avec 26 km de VTT balisé qui les mèneront jusqu'à l'arrivée.

Cyrille et François passent la ligne d'arrivée rincés par ces 2 jours de course mais ils sont très satisfaits d'avoir pu se mesurer aux grosses équipes et aux teams habitués aux podiums sur les raids nationaux. 

 

Récit détaillé au cours de la semaine.........................

 


19/11/2013
0 Poster un commentaire